Canada Dry ad

Photo: The Digital Deli Online

S’il y a un breuvage populaire qui s’accommode bien de tous les événements, qui peut être dégusté autant par les enfants que par les adultes – qui d’ailleurs peuvent le mélanger à leurs liqueurs préférées- et qui peut même guérir les estomacs dérangés, c’est bien le Ginger Ale.

C’est en 1904 qu’en Ontario, le pharmacien et chimiste John J. McLaughin inventa le ginger ale (son frère, Robert Samuel McLaughlin, possédait la compagnie, McLaughlin Motor Car Company qui devint plus tard la General Motors of Canada). Le breuvage original de McLaughlin servait d’abord comme une eau soda à mélanger avec des jus de fruits et des extraits aromatisés; le résultat cependant ne fut pas au goût de son inventeur. La couleur du ginger ale était trop foncée et le goût trop sucré pour monsieur McLaughin qui recherchait avant tout la ressemblance avec les champagnes français, clairs et pétillants. Après plusieurs expériences en laboratoire, il trouva l’équilibre parfait et le Canada Dry Pale Ginger Ale, au vrai gingembre, fut lancé à Toronto en 1907.

Au cours des années suivantes, le ginger ale de monsieur McLaughlin se retrouva dans les pharmacies du coin, les distributrices de soda et les magasins de boissons gazeuses. Lorsque John McLaughlin augmenta sa production en développant un produit embouteillé à grande échelle, sa popularité grimpa en flèche. Pas un événement, pas un rassemblement de famille sans que l’on ne fasse honneur au ginger ale de monsieur McLaughlin.

Canada Dry Ginger

Photo: The Digital Deli Online

Les années folles de ’20 connurent l’apogée du Canada Dry. Alors que le marché des boissons gazeuses ne comptait que des eaux pétillantes sans saveur et fort ennuyeuses, le Canada Dry devint la boisson parfaite pour les drinks, masquant le goût parfois douteux des produits maisons qui sévissaient durant la prohibition et ce, grâce à la saveur fraîche et piquante du gingembre. Ce breuvage fut consacré comme étant une boisson de choix, spécialement parmi la jeunesse montante de l’époque, même au prix exorbitant de 35 sous pour une bouteille de 12 onces!

En plus d’être des plus apprécié, le ginger ale de monsieur McLaughlin profita d’une carrière parallèle en tant que médicament. Le gingembre aidant, le breuvage fut utilisé à des fins médicinales pour calmer un estomac gênant. Sa popularité cependant, reposa à jamais sur sa réputation de mix idéal pour les boissons alcoolisées.

Les années 1930 virent l’apogée de la radio et chaque compagnie voulait y faire la promotion de son produit vedette par exemple, les Wheaties avait leur ‘’Lone Ranger’’, Blue Coal, leur ‘’The Shadow.’’ En 1932, Canada Dry engagea un jeune homme dynamique, Jack Benny pour en promouvoir sa publicité mais le coquin ne manquait jamais une occasion de dire que vanter le produit était une ‘’perte de temps.’’ ‘’On le boit, on l’aime et on ne veux plus en entendre parler’’ disait-il. Canada Dry résilia son contrat l’année suivante et Jack Benny devint par la suite une vedette adulée de la radio à la barre de sa propre émission.

Aujourd’hui, le Canada Dry n’est plus une institution canadienne. En 1986, la compagnie Cadbury Schweppes en prit possession et en 2008 la revendit à la compagnie américaine Dr. Pepper Snapple Group (on se rappelle de la confusion engendrée par le nom ‘’Canada Dry’’ du produit et de ses fabricants non-canadiens, lorsque, en 2003, les médias américains relevèrent le malencontreux boycottage du produit suite au refus du Canada de participer à l’invasion de l’Iraq).

Malgré la nationalité canadienne de son inventeur, le ginger ale Canada Dry est de renommée internationale. En effet, dans plusieurs pays, on l’ajoute à un produit-vedette local pour créer une boisson unique. Par exemple, en Jamaïque, on boit le ‘’Shandy Graft’’, un mix de ginger ale et de Red Stripe Beer, au Pérou c’est le ‘’Chilcano’’, un mélange du brandy péruvien Peruvian Pisco, de ginger ale, de miel et de citron. On peut alors se demander ‘’Mais, que boivent les Canadiens’’ ? N’hésitez pas à nous faire part de votre recette préférée…entre temps, en voici une excellente et surtout : À votre santé !

Martini au prunes confites

  • 90 mL (3 onces ) de grape vodka
  • 7 ml (1/4 once) de blue curaçao
  • 7 ml (1/4 once) de grenadine Rose

version anglaise

Join the conversation! 2 Comments

  1. Je veux savoir si la GINGER ALE contient du GLUTEN. MERCI

    Reply
  2. Y A -T-IL DU GLUTEN DANS LE GINGER ALE. MERCI,

    Reply

Leave a Reply

About James Roxby Stewart

James Roxby is a freelance writer based in Vancouver, B.C. A Writing grad from the University of Victoria, James is currently an editorial intern at CONDO and Western Living magazine, and writes for his blog, Rock the Seesaw, when possible. James is a mental health advocate and champion for the 'rejeuvenile' lifestyle, injecting adult life with a healthy dose of the inner child. Among the many forms of media he dabbles in, James has written for the Times Colonist, story-edited for the Leo award winning webseries Freshman's Wharf, was editor-in-chief of UVic' s literary journal, This Side of West, shot hip hop music videos and pursues ghosts with Ghoul Inc. Contact him at jamesroxby.ca and find him on Twitter @JamesRoxby.

Category

Français, History

Tags

,