Chinese-Encyclopedia-Gong-Li

A beautiful silk painting gifted to The Canadian Encyclopedia from the President of The Chinese Encyclopedia, Gong Li.

<<L’Encyclopédie canadienne est une réussite d’envergure. Nous pouvons tellement apprendre de vous>> (Gong Li, présidente de l’Encyclopédie chinoise). 

Même si les Chinois n’ont pas compilé la première encyclopédie, qu’ils ont quand même fait selon plusieurs critères, ils sont cependant parvenus à créer la plus imposante. Le Siku Quanshu, ouvrage du 18e siècle, en est à 2.3 millions de pages et comprend plus de 36 000 volumes qui ont nécessité le travail et la collaboration de 300 éditeurs et de plus de 4 000 rédacteurs. On le décrit comme étant le <<plus ambitieux projet d’écriture et de publication dans toute l’histoire du monde>>. Notre Encyclopédie canadienne est de beaucoup plus jeune (et plus réduite !) mais c’était un grand honneur pour nous d’accueillir une délégation des membres de l’équipe de l’Encyclopédie chinoise, qui comprend à ce jour 93 volumes.

Il y a de cela quelques années, j’eu le plaisir d’être reçu à titre de premier consultant, par l’équipe de l’Encyclopédie de Taïwan; leur éditeur en chef m’avait alors suggéré que l’équipe chinoise pourrait venir me rencontrer au Canada, question de partager nos expériences. Une délégation de cinq représentants arriva donc de Pékin et après cinq heures d’échanges passionnés, on peut affirmer que la rencontre fut des plus profitable. Les sujets ne manquaient pas mais peu à peu, la discussion tourna autour de la gérance de notre logiciel (écrit par Snapmx), ce qui en impressionna plus d’un, ainsi que sur le progrès que nous avons fait dans le monde des mobiles et des apps.

L’Encyclopédie chinoise (Chinese Encyclopedia, CE) fonctionne d’une manière très différente, vu la particularité et différence de nos langues. De plus, la CE est une entreprise privée (soutenue par le gouvernement) et payante pour les utilisateurs. Fait à remarquer, la CE est encore publiée en volumes et comprend de nombreuses autres publications connexes, tel que le livre qu’ils m’ont offert sur les temples tibétains. L’Encyclopédie chinoise aimerait devenir, éventuellement, une encyclopédie sur le monde, à ce point différente de notre encyclopédie qui se concentre plutôt sur le Canada.

Chinese-Encyclopedia-group

Rencontre des deux Encyclopédies, de gauche à droite : Tian Ye, Guo Jiyan, Jiang Lijun, Gong Li, James March, Andy Joy, Davina Choy, Marshall Letcher, Alexandra Ho

Ce fut donc une rencontre très réussie que de passer une journée avec des collègues <<encyclopédistes>>- nous sommes si peu nombreux et très éparpillés – affirmation que pourraient contester cependant tous ceux qui contribuent à Wiki. Il nous a fait plaisir d’être complimentés par Gong Li qui affirmait que <<L’Encyclopédie canadienne est une réussite indéniable >> et que l’Encyclopédie chinoise << peut en apprendre beaucoup grâce à nous >>. Nous nous sommes dits au revoir avec la promesse de garder contact et de nous rencontrer un jour à Pékin pour d’autres échanges aussi fructueux. 

version anglaise

Leave a Reply

About James Marsh

James Marsh was born in Toronto and has spent most of his working life in publishing as an editor and writer. He has edited over 200 books in Canadian history and social science and is the author of several books and over 100 articles on Canadian history. James was editor in chief of all three print editions of The Canadian Encyclopedia (1985, 1988 and 1999) and of The Junior Encyclopedia of Canada and guided the encyclopedias into the digital world with numerous editions on CD-ROM. He remains Editor Emeritus of The Canadian Encyclopedia. James is a member of the Order of Canada and recipient of the Centenary Lorne Dawson Chauveau Medal of the Royal Society of Canada in recognition of his achievement of producing The Canadian Encyclopedia.

Category

Au Fil Des Mots, Français, Inside TCE